You are here

Sékéné Mody Cissoko
Un combat pour l'unité de l'Afrique de l'Ouest
La Fédération du Mali (1959-1960)

Collection Essais, monde d'hier, monde de demain.
Dakar. Nouvelles Éditions africaines du Sénégal. 2005. 257 p.

Sékéné Mody Cissoko (1932-2012). Un combat pour l'unité de l'Afrique de l'ouest: la Fédération du Mali (1959-1960)
Sékéné Mody Cissoko (1932-2012)

Table des matières

Introduction. Un combat pour l'unité de l'Afrique de l'ouest : la Fédération du Mali 1959-1960

1e Partie : les origines de la Fédération du Mali : L'AOF et son évolution jusqu'en 1957

Chapitre I. L'unité de l'Afrique de l'Ouest par la colonisation française: l'AOF 1894-1957
Chapitre II. La deuxième guerre mondiale et l'émancipation des colonies

  1. De la Conférence de Brazzaville à l'Union française : 1944-1946
  2. La nouvelle Afrique : l'Union française

Chapitre III. Le réveil du nationalisme africain
Chapitre IV. La Loi-cadre : émancipation et balkanisation de l'Afrique noire française

  1. La Loi-cadre
  2. La dislocation des fédérations : l'AOF et l'AEF
  3. Action du Grand Conseil de l'AOF pour sauver la Fédération
  4. Changement politique du RDA et ses conséquences sur la Fédération

2e Partie. La lutte pour l'unité fédérale

Chapitre I. Naissance des partis d'union
Chapitre II. Position ambiguë du RDA au congrès de Bamako : 25-30 Sept 1957
Chapitre III. Triomphe du Mouvement Unitaire

  1. La naissance du Parti du Regroupement Africain : PRA 28 Mars 1958
  2. La tendance fédéraliste triomphe au RDA

Chapitre IV. L'avènement du Général de Gaulle et la naissance de la Communauté (5 mai à septembre 1958)

  1. Création de la Communauté : le projet constitutionnel
  2. La Révolution du congrès PRA de Cotonou : 25-27- juillet 1958
  3. Prise de position du Général de Gaulle et son voyage en Afrique
  4. Le référendum et la Communauté
  5. Les raisons de la disolution de la Fédération

3e Partie. Naissance de la fédération du Mali 1958-1959

Chapitre I. Les fédéralistes

  • L'Union soudanaise RDA
  • La Haute-Volta
  • Le Dahomey
  • Le Niger
  • Le Sénégal

Chapitre II. Naissance de la Fédération du Mali

  1. 1. Conférence préparatoire de Bamako : 29-30 décembre 1958
  2. 2. L'Assemblée constituante de la Fédération du Mali (14-17 janvier 1959)
  3. 3. Avortement du Grand Mali : défection de la Haute-Volta et du Dahomey
  4. 4. Mise en place des institutions du Mali
  • Les élections et la création du PFA
  • La mise en place des institutions fédérales

4e Partie. Forces et faiblesses de la Fédération du Mali avant l'indépendance avril 1959-20 Juin 1960

Chapitre I. Physionomie et construction de la Fédération

  1. Les réalités maliennes
    • Une géographie favorable
    • Tradition culturelle et historique
  2. Les handicaps à surmonter
    • Le poids de l'héritage colonial
    • Différence des conceptions politiques
    • Les leaders : fortes personnalités intransigeantes
  3. Les imperfections de l'institution fédérale
  4. Le parti fédéral : PFA

Chapitre II. L'oeuvre de consolidation

  1. Administration du domaine fédéral
    • Récupération des bâtiments pour la Fédération
    • Finances-économie
    • Travaux publics, transpmts, communication
    • Santé, éducation, culture, information
    • Justice
    • Fonction publique
  2. Créer la Nation malienne
    • Le mythe de la Nation
    • Visites réciproques
  3. Des organisations de masses

Chapitre III. Les adversaires Africains du Mali

  1. Adversaires intérieurs
  2. Adversaires Africains

5e Partie. Triomphe de la Fédération du Mali. L'Indépendance: 20 juin 1960

Chapitre I. La marche vers l'Indépendance

  1. Premières relations avec la France. L'hostilité des Français contre la Fédération et premiers accords
  2. Le Mali demande l'Indépendance : les négociations
    • La demande du Mali
    • Négociations et accords du 4 avril 1960
  3. Les difficultés politiques du Mali après les accords
    • Problème des structures de la Fédération
    • Crise du Mali et solutions trouvées

Chapitre II. L'élan fédéraliste réconforté en Afrique de l'Ouest par le renom du Mali

Chapitre III. L'Indépendance : 20 juin 1960

  1. La procédure
  2. La proclamation solennelle : 20 juin à 0h
  3. Le rayonnement de la Fédération et l'Indépendance de toute l'Afrique noire

6e Partie. L'éclatement de la Fédération du Mali : 19-20 août 1960

Chapitre I: Nuages sur la Fédération du Mali

  1. L'envahissement des Soudanais et l'hostilité de l'opinion publique sénégalaise
  2. Les maladresses du Président Modibo Keïta
  3. La crise de la nomination du Colonel Soumaré à la tête de l'Almée (23-25 juillet 1960)

Chapitre II. La mort de la Fédération du Mali

  1. Le choix du Président
  2. L'éclatement. La nuit du malheur : 19-20 août. Préparatifs
  3. La nuit la plus longue : vendredi 19-20 juillet 1960
  4. Les différentes réactions à l'éclatement de la Fédération
  5. Fin de la Fédération du Mali : la République du Mali

Conclusion générale
Documents annexes
Bibliographie

La période 1958-1960 marque une étape décisive dans l'histoire des anciennes colonies françaises d'Afrique
Années charnières, elles ont marqué le passage. à l'indépendance, avec tout ce que cela comporte comme engagements et luttes politiques, passions et intérêts, idéaux, unions et scissions. La Fédération du Mali est un de ces moments forts à inscrire dans la postérité, car il fut décisif dans le destin de tout un continent. Le contexte de sa naissance, sa mise en place et son éclatement sont relatés de l'intérieur avec une savante précision. Témoignage authentique, l'ouvrage de Mody Sékéné Cissokho tire également son intérêt de la richesse .et de la qualité des informations utilisées par l'auteur.

Nécrologie

Sékéné Mody Cissoko. Le premier président de l’Association des historiens d’Afrique, le Malien Sékéné Mody Sissoko, 80 ans, est décédé jeudi 17 mai 2012 à Bamako. Le Malien Sékéné Mody Cissoko, éminente figure de l'histoire en Afrique et panafricaniste engagé à l'image du Sénégalais Cheikh Anta Diop, est décédé la semaine dernière, a annoncé mercredi à l'AFP l'Association des historiens africains (ASA).
M. Cissoko, 80 ans, “est décédé le 17 mai à Bamako. Il a été inhumé le 18 mai à Dinguiraye Logo”, son village natal dans la région de Kayes (ouest), “à sa demande. Il a souhaité reposer à côté de son père”, a affirmé Doulaye Konaté, historien malien et président de l'ASA. Selon lui, il “est une icône et un des acteurs majeurs de la rénovation de l'historiographie africaine avec notamment (le Burkinabè) Joseph Ki-Zerbo et Cheikh Anta Diop”, tous deux décédés, a ajouté M. Konaté.
Cheikh Anta Diop, dont la première université publique du Sénégal porte le nom, est auteur de nombreux travaux affirmant l'antériorité des civilisations noires en Egypte. Joseph Ki-Zerbo, premier Africain agrégé d'histoire, a notamment mené avec lui dans les années 1970 et 1980 des études sur l'Histoire de l'Afrique, avec l'objectif avoué de redonner aux Africains un “petit contrôle sur leur passé”.
Sékéné Mody Cissoko était “humble, très discret” mais “aussi engagé que Cheikh Anta Diop et aussi profondément panafricaniste que lui, il se disait d'ailleurs +cheikh-antaïste+”, a indiqué Doulaye Konaté.
En hommage à Diop, il a donné son nom à un collège qu'il a créé à Bamako dans les années 1990, aujourd'hui un établissement “d'excellence du pays, car Cissoko était aussi un enseignant, un pédagogue. Il a écrit beaucoup de manuels scolaires pour le Sénégal et le Mali”, a-t-il poursuivi.
Né en 1932, Sékéné Mody Cissoko a été formé au Mali, au Sénégal et en France. Il a été notamment chercheur à l'Institut fondamental de l'Afrique noire (Ifan) à Dakar, enseignant en Afrique et dans son pays, président de l'ASA. Le dernier de ses nombreux ouvrages est paru en 2005: “Un combat pour l'unité de l'Afrique de l'Ouest : la Fédération du Mali (1959-1960)”, d'après Doulaye Konaté.
Il a par ailleurs été “passagèrement” homme politique, en créant son parti qui a connu des remous, puis en prenant la tête d'une formation historique de la gauche malienne. “Son expérience politique a mal tourné, il n'a pas insisté, il est revenu à ses études, à ses livres”, a précisé M. Konaté.Pour lui, “Sékéné Mody Cissoko a beaucoup donné au Mali, et personne, mieux que lui, n'a célébré Tombouctou”, région du nord-ouest du Mali qui a donné son nom à la capitale  régionale. Sékéné Mody Cissoko, qui a consacré un livre à Tombouctou et l'empire songhoï, paru en 1996, “est le plus grand connaisseur de Tombouctou parmi les historiens maliens” et il était meurtri “par ce qui se maintenant dans cette ville et dans le nord du Mali”, a encore dit Doulaye Konaté.
La ville de Tombouctou, qui fut un grand centre intellectuel, est tombée le 1er avril dernier sous le contrôle de groupes armés dont des islamistes, qui l'occupent toujours, avec de même que Gao et Kidal, les autres régions administratives du Nord.